olivier godechot

Godechot Olivier, Louvet Alexandra, 2010, « Comment les docteurs deviennent-ils directeurs de thèse ? Le rôle des réseaux disponibles », Sociologie, vol. 1, n°1, 3-23.

    Comment les docteurs deviennent-ils directeurs de thèse ? Le rôle des réseaux disponibles

    Olivier Godechot

    Alexandra Louvet

    Résumé

    Dans cet article, nous étudions l’accès des docteurs à la direction de thèse. Le premier apport est d’abord méthodologique. Il montre comment on peut exploiter un fichier administratif, le fichier des thèses soutenues en France de 1970 à 2002, relativement pauvre en informations individuelles, mais quasi exhaustif pour reconstituer des carrières. Il est alors possible de calculer les temps d’attente entre l’obtention d’un doctorat et la soutenance de la première thèse dirigée. Le second apport est théorique et empirique. Nous souhaitons revenir sur la question de la force des liens sociaux et nuancer l’idée qui s’est imposée avec les travaux de Granovetter selon laquelle elle tient surtout au contenu informationnel diffusé par le réseau. Les réseaux comptent dans le monde académique parce qu’ils engendrent aussi du soutien (en particulier le soutien des directeurs de thèse pour leur docteur), lequel prend une forme beaucoup plus exclusive que la circulation de l’information.

    Pour tester l’importance des contacts, nous mettons en relation les phénomènes de recrutement avec le réseau constitué par les mobilités des directeurs de thèse. En changeant d’université, les directeurs étendent pour un temps leur nombre de contacts et peuvent en faire profiter leurs docteurs ou ceux de leurs collègues. Nous estimons l’impact de ce réseau à l’aide des calculs des Mantel Haenszel odds ratios d’une part et de modèles semi-paramétriques de Cox d’autre part. Nous utilisons la technique des « effets fixes » pour contrôler l’hétérogénéité inobservée. Ces modèles conduisent tout d’abord à souligner l’influence très importante des conditions locales de compétition sur la reproduction de la population académique, notamment lors des processus de recrutement sous-jacents à nos observations. Nous confirmons par nos données le phénomène bien connu du « localisme académique », qui traduit plus une préférence pour la proximité institutionnelle que pour la proximité géographique. Nous montrons aussi l’existence d’un phénomène de files d’attente locales, avec des aînés faisant de l’ombre à leurs cadets. Mais les contacts ne jouent pas seulement au niveau local. Ils fonctionnent également à distance pour favoriser le recrutement de candidats extérieurs liés par des intermédiaires, en particulier les docteurs d’un directeur de thèse qui vient de quitter le département. Dans un univers très compétitif, les relations ne se transforment toutefois pas systématiquement en appuis dans le processus de recrutement. Elles ne le deviennent que dans la mesure où celles-ci sont disponibles, c’est-à-dire où celles-ci n’ont pas à défendre leurs propres intérêts et à soutenir leurs propres candidats.

    Mots-clés: marché du travail, universités, recrutement, doctorats

    How do PhD students become PhD advisors?

    In this paper we study how doctors become PhD advisors. The first contribution of this paper is methodological. We show how we can use administrative data, the French PhD database (1970-2002), that is relatively poor and lacks of individual information, but that is quasi-exhaustive and can help in order to reconstruct academic careers. It is therefore possible to calculate the time separating a researcher’s own PhD defense and that of his first doctoral student. The second contribution is theoretical and empirical. We would like to return to the question of the strength of social ties and to nuance Granovetter’s conclusion concerning the fact that this strength is due to information diffused through the network. Networks count in academic world because they generate also some support (especially support of the adviser for his PhD student). This support is much more exclusive than just the spread of information. In order to test the importance of contacts, we link the recruitment process with the mobility network of advisors. When they change universities, advisors increase for a while their number of contacts and make them profitable for their PhD students or those of their colleagues.

    We estimate the impact of network with Mantel Haenszelodds ratios in the one hand and Cox survival model in the other hand. We use the fixed effects techniques in order to control for unobserved heterogeneity. Those models show that the reproduction of faculty highly depends on the local conditions of competition, especially during the recruitment process underlying our observations. We confirm by our research the importance in France of an academic inbreeding due more to a preference for institutional proximity than to a preference for geographic proximity. We show also the importance of informal queuing lines, with the eldest shading the chance of the youngest. But contacts do not solely have a role locally but also at distance, through networks. Outside candidates linked to the recruiting department by intermediates are more likely than other outside candidates to be hired and to have an academic career. We show however that in this very competitive universe, contacts do not act systematically as supporters. They do so if they are available, if they do not have their own interest to defend and their own candidates to support.

    Keywords:  labor market, universities, recruitment, PhD

Télécharger
Français | English

Actualités   

OgO: plus ici|more here

[Débat sur les 35 h.] Can We Use Alsace-Moselle for Estimating the Employment Effects of the 35-Hour Workweek ...: plus ici|more here

[Webmestre]

[Fil rss]

[V. 0.93]

HOP

Système d'aide à la publication sur Internet


009.68

clics / mois.